Nitruration gazeuse et mesure de l'O2

combustion-control

La nitruration gazeuse est un procédé de traitement thermique qui diffuse de l'azote à la surface d'un métal pour créer une couche de cémentation. La couche d'azote est ajoutée à la surface des pièces en acier en utilisant de l'ammoniac dissocié comme source. L'ammoniac est "craqué" en l'introduisant dans un four à des températures généralement comprises entre 550 et 570°C. L'ammoniac (NH3) se dissocie en azote et en hydrogène, l'azote diffusant sur la surface chaude du métal, créant ainsi une couche de nitrure.

La présence d'oxygène dans cet environnement chauffé peut provoquer une explosion. Pour minimiser le risque d'explosion lors de l'introduction d'ammoniac, le four doit d'abord être purgé et les niveaux d'oxygène réduits, généralement à moins de 3-5%. Le gaz de purge est généralement de l'azote.

Cette partie du processus est généralement contrôlée par un débitmètre massique pour déterminer la quantité d'azote à fournir en fonction de la surface de la pièce et du volume de la cornue du four. Certains professionnels de la nitruration choisissent également de mesurer le niveau d'oxygène dans le four comme une 2e valeur de référence, à la fois pour des raisons de sécurité et comme données d'un système pour surveiller le potentiel (Kn) dans le four.